Leaderboard

Vous êtes ici: Sujets Prioritaires » Ménopause 22. Janvier 2017
Recherche
santeweb.ch
Ménopause
Sujets Prioritaires
Alimentation: allergie, intolérance
Cancer de la prostate
Cancer du col de l’utérus, les verrues génitales
Cancer du sein
Carence en fer
Cholestérol
Coagulation sanguine, thrombose
Cystite, Infection urinaire
Digestion, troubles digestifs
Endométriose
Leucémie myéloïde chronique LMC
Maladie de Crohn, SII
Ménopause
Actualités
Symptômes
Traitement hormonal de substitution
Hormonothérapie : oui ou non ?
Autres méthodes thérapeutiques
Ostéoporose
Ménopause chez l’homme
Menstruation
Mycose des ongles
Peau sèche
Renforcer le système immunitaire
Sclérose en plaques
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer

Rect Top

 

Ménopause

 

 

La ménopause désigne la période au cours de laquelle la fertilité de la femme diminue peu à peu car les ovaires arrêtent lentement mais continuellement de produire des hormones.

La ménopause désigne la période au cours de laquelle la fertilité de la femme diminue peu à peu car les ovaires arrêtent lentement mais continuellement de produire des hormones.

 

Ce processus ne se produit pas brusquement, il se déroule sur plusieurs années. Chez certaines femmes, la préménopause débute déjà autour de 40 ans, chez d'autres seulement à l'âge de 50 ans. Elle se termine avec l'arrêt complet des règles.

 

Il est inexact de qualifier la ménopause de maladie. Toutefois, les troubles qui apparaissent chez la femme pendant et après la ménopause, en raison de la carence en hormones, peuvent, dans certains cas, être assimilés à une maladie.

 

Sans hormones, la vie est inconcevable

Les hormones se composent soit de protéines, soit de lipides. Elles sont indispensables à la communication entre les différents organes et systèmes d’organes. La libération d’hormones dans le sang et les systèmes de rétrocontrôle garantissent l’équilibre et la coordination des différentes fonctions du corps. La plupart des cellules de nos tissus contiennent des récepteurs hormonaux par l’intermédiaire desquels les différentes fonctions seront activées ou inhibées.

 

L’hypophyse dirige les hormones. Elle sécrète, entre autres, des hormones protéiques permettant de réguler les glandes génitales, c’est-à-dire les ovaires et les testicules. Stimulés par l'hypophyse, les testicules et les ovaires produisent à leur tour ce que l'on appelle les hormones sexuelles: la testostérone chez l'homme (ainsi qu’une faible quantité d'œstrogènes) et les œstrogènes chez la femme (et une faible quantité de testostérone). Au cours de chaque nouveau cycle menstruel de la femme, la maturation d’un ou de plusieurs ovules dans les ovaires s’accompagne d’une augmentation de la production d’hormones (principalement de la progestérone), qui va ensuite diminuer à nouveau s’il n’y a pas eu fécondation.

 

Une certaine quantité d'œstrogènes est également produite en dehors des glandes. Les femmes et les hommes en fort surpoids, par exemple, peuvent présenter des taux élevés d'œstrogènes.

 

Les hormones sexuelles ne sont pas seulement nécessaires à la reproduction, elles jouent également un rôle important pour le bien-être de chaque personne. Elles ont un effet positif et relaxant sur l'ensemble de l'organisme. Elles protègent contre le cancer de l'utérus et du sein, améliorent la pression artérielle et rythment le sommeil. En outre, il a été démontré qu’elles protègent contre l’ostéoporose et le vieillissement de la peau.

 

Déficit hormonal croissant au cours de la ménopause

La ménopause ne survient pas brusquement, elle est annoncée par des modifications du cycle menstruel: les règles deviennent plus courtes. En règle générale, le climatère (période de troubles dus à la ménopause) commence vers l'âge de 45 ans et se termine vers 55 ans.

 

Tout débute par une carence en progestérone…

La phase qui précède la ménopause est parfois appelée «préménopause». Durant cette période, la production de progestérone diminue. Cela se traduit fréquemment par le détachement précoce de la muqueuse utérine et le déclenchement précoce des règles (traces de sang en dehors des règles), par de la rétention d’eau (œdèmes) ainsi que par un état d'anxiété et un déséquilibre émotionnel. Par conséquent, l'effet protecteur naturel de la progestérone, notamment contre le cancer de l’utérus et le cancer du sein, disparaît lui aussi. En revanche, la sécrétion de l'hormone folliculo-stimulante (FSH) et donc la production d'œstrogènes augmentent tant que la fonction ovarienne est suffisamment importante.

 

Enfin, la production de progestérone continue de baisser puis s'arrête totalement dans certains cas. L’ovulation n’a donc partiellement ou définitivement plus lieu et les règles deviennent irrégulières.

 

Puis la quantité d’œstrogènes diminue…

La diminution progressive de la fonction ovarienne entraîne également une baisse de la production d’œstrogènes: même la forte stimulation induite par l’hypophyse reste sans effet. La privation ostrogénique est à l'origine des troubles fréquents et aigus de la ménopause, à savoir les bouffées de chaleur, les accès de transpiration, la nervosité, les changements d’humeur, les troubles du sommeil, etc.

 

Sur la durée, la privation en œstrogènes occasionne d’autres symptômes tels que la sécheresse vaginale, la chute des cheveux, les fuites urinaires et le vieillissement de la peau. L’espace entre les règles augmente jusqu'à ce que les menstruations cessent complètement (ménopause). Dans les pays occidentaux, l’âge moyen d’apparition de la ménopause est de 51 ans.

 

Jusqu’à l’arrêt définitif des règles, les saignements peuvent évoluer de la manière suivante:

  • Saignements peu abondants (hypoménorrhée)
  • Saignements abondants (hyperménorrhée)
  • Menstruation prolongée (ménorragie)
  • Saignements avant ou après les règles
  • Cycle menstruel d'une durée inférieure à 25 jours (polyménorrhée)
  • Cycle menstruel d’une durée supérieure à 35 jours (oligoménorrhée)
  • Absence de saignements (aménorrhée)

Lorsque le cycle devient particulièrement irrégulier, les femmes pensent souvent qu’elles ne sont plus fertiles. Mais attention: l'ovulation n’a certes pas toujours lieu, mais vous pouvez encore tomber enceinte!

 

Puis vient la ménopause…

Lorsque l’arrêt des règles dure depuis un an, la périménopause touche à sa fin et la postménopause débute. La production d'œstrogènes est quasiment insignifiante. Cette carence en œstrogènes a des conséquences majeures et parfois lourdes chez les femmes plus âgées. L’apparition des symptômes (cf. Symptômes) s’étend souvent sur plusieurs années. Au cours de cette période, certaines mesures préventives permettent d'influencer positivement le vieillissement physique et cérébral. Un traitement hormonal peut nettement améliorer la qualité de vie des femmes postménopausées

 

Le traitement hormonal de substitution (THS) est le traitement le plus efficace des troubles liés à la ménopause et il améliore la qualité de vie des femmes concernées. En rétablissant l’apport en œstrogènes et en progestérone, il a aussi un impact positif sur les troubles liés à l’âge. De nos jours, il existe de nouveaux traitements hormonaux substitutifs, avec très peu d’effets secondaires, ou encore des THS naturels.

Ce dossier vous informe sur les aspects importants des traitements destinés à réduire vos symptômes pendant et après la ménopause et sur les autres mesures permettant de vieillir en bonne santé.

 

 


 
Actualités

Troubles liés à la ménopause – ne pas avoir peur des hormones
Les risques observés autrefois avec la substitution hormonale – en premier lieu thromboses, cancer du sein et accident vasculaire cérébral (AVC) – avaient très clairement montré que la bonne voie de l’hormonothérapie pour les femmes ménopausées n’avait pas encore été trouvée. Ceci est devenu particulièrement évident avec la grande étude WHI, qui a failli marquer la fin du traitement hormonal de la ménopause. Dix ans plus tard, sur la base de ces résultats, une substitution hormonale à moindre risque est désormais possible, faisant intervenir un œstrogène administré par voie transdermique (par la peau) associé à une progestérone naturelle («micronisée») sous forme de capsules.

Traitement hormonal de la ménopause: si l’utilisation est correcte, les bénéfices prédominent
Ces dernières années, l’hormonothérapie connaît une certaine renaissance, après avoir été fortement discréditée il y a près de 10 ans. En effet, l’état actuel des connaissances montre très clairement qu’utilisé correctement, le «traitement hormonal de la ménopause» (THM), auparavant appelé hormonothérapie substitutive, demeure la méthode thérapeutique la plus efficace contre les troubles liés à la ménopause. Au vu de cette situation, les représentants des principales sociétés de discipline du monde entier se sont réunis pour établir des recommandations communes.

Risques d’ostéoporose et de mortalité augmentés par la ménopause précoce
Les femmes qui entrent tôt dans la ménopause voient leurs risques d’ostéoporose et de mortalité être augmentés par rapport à celles qui ont une ménopause plus tardive.

suite »

Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer