Leaderboard

Vous êtes ici: Sujets Prioritaires » Ménopause » Actualités 24. Juin 2017
Recherche
santeweb.ch
Actualités
Sujets Prioritaires
Alimentation: allergie, intolérance
Cancer de la prostate
Cancer du col de l’utérus, les verrues génitales
Cancer du sein
Carence en fer
Cholestérol
Coagulation sanguine, thrombose
Cystite, Infection urinaire
Digestion, troubles digestifs
Endométriose
Leucémie myéloïde chronique LMC
Maladie de Crohn, SII
Ménopause
Actualités
Symptômes
Traitement hormonal de substitution
Hormonothérapie : oui ou non ?
Autres méthodes thérapeutiques
Ostéoporose
Ménopause chez l’homme
Menstruation
Mycose des ongles
Peau sèche
Renforcer le système immunitaire
Sclérose en plaques
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Nouvelles recommandations pour le traitement hormonal après la ménopause

Au cours des dernières années, le traitement hormonal post-ménopause a été - en partie à tort -décrié. Une analyse actuelle de la littérature montre que les femmes âgées entre 50 et 60 ans peuvent bénéficier après la ménopause d’une thérapie hormonale limitée dans le temps.

 
Une équipe d’experts a parcouru la littérature à la recherche d’études sur les effets thérapeutiques et indésirables de la thérapie hormonale post-ménopause selon les divers troubles. Ils en ont tiré les conclusions suivantes:
 
Les symptômes indésirables de la ménopause, tels que des ballonnements, une muqueuse sèche dans la région du vagin ou des problèmes de vessie, peuvent être réduits jusqu’à 90% par la thérapie hormonale. De plus, les femmes profitent ainsi d’un contrôle préventif contre des fractures osseuses et le diabète. Les femmes, qui commencent le traitement hormonal peu avant le début de la ménopause et le suivent pendant 5 ans, ont un taux de mortalité réduit de 30-40% et tendent à moins souffrir de maladies coronariennes. Le risque d’un cancer du sein est augmenté chez ces femmes ayant pris une combinaison d’œstrogène et de progestérone, mais est inchangé chez celles ayant consommé uniquement de l’œstrogène. Les risques de thromboses veineuses, d’accidents vasculaires cérébraux et d’inflammations de la vésicule biliaire sont légèrement augmentés.
 
Les auteurs de l’étude insistent sur le fait que de nombreuses femmes, âgées entre 50 et 59 ans et débutant une thérapie hormonale peu avant la ménopause, pourraient profiter de ce traitement.

 

Voir plus

Tellmed, J Clin Endocrinol Metab 2010

21.09.2010 - dzu

 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer