Leaderboard

Vous êtes ici: Sujets Prioritaires » Ménopause » Actualités 24. Juin 2017
Recherche
santeweb.ch
Actualités
Sujets Prioritaires
Alimentation: allergie, intolérance
Cancer de la prostate
Cancer du col de l’utérus, les verrues génitales
Cancer du sein
Carence en fer
Cholestérol
Coagulation sanguine, thrombose
Cystite, Infection urinaire
Digestion, troubles digestifs
Endométriose
Leucémie myéloïde chronique LMC
Maladie de Crohn, SII
Ménopause
Actualités
Symptômes
Traitement hormonal de substitution
Hormonothérapie : oui ou non ?
Autres méthodes thérapeutiques
Ostéoporose
Ménopause chez l’homme
Menstruation
Mycose des ongles
Peau sèche
Renforcer le système immunitaire
Sclérose en plaques
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Les alternatives à la substitution hormonale sont peu efficaces après la ménopause

Beaucoup de suppléments nutritionnels sont peu efficaces contre les troubles de la ménopause. Il en va de même pour l’effet de la phytothérapie, décrit, après l’analyse de plusieurs études, comme faible par le journal spécialisé ArsMedici.

 

Il manque souvent des études, dont la méthodique remplit les critères actuels (trop peu de participants, temps d’étude trop court, pas d’aveuglement ou de contrôle contre un placebo etc.), pour comparer l’effet des traitements contre les troubles de la ménopause avec celui des suppléments nutritionnels.
 
On n’en sait aussi pas assez quant aux effets secondaires et aux aspects sécuritaires. De plus, des préparations contenant une combinaison de substances sont parfois proposées, ce qui, en cas de manque de connaissances au sujet du mode d’action et de l’effet de chaque substance, complique encore plus le jugement.
 
Malgré cela, l’offre en suppléments nutritionnels contre les troubles de la ménopause augmente de manière continue.
 
Ci-dessous, un résumé de l’analyse de données du journal spécialisé ArsMedici Nr. 1 2009.

 

Supplément nutritionnel, préparation phytothérapeutique

Isoflavone

Deux des plus importantes sources d’isoflavone sont le soja et le trèfle des prés. L’isoflavone est entre autres administré en cas de muqueuses vaginales sèches ou de bouffées de chaleur. Environ un quart des études présentes indique que la préparation d‘isoflavone réduit plus les bouffées de chaleur que ne le fait le placebo. L’efficacité ne correspond par contre pas à celle de la thérapie hormonale.
 
De très bonnes études méthodiques indiquent que le trèfle des prés n’a aucun effet contre les bouffées de chaleur. Les préparations de soja donnaient, même d’après les meilleures études, des résultats hétéroclites.
 
D’une manière générale, l’effet de l’isoflavone contre les troubles de la ménopause semble être moindre. Comme l’effet varie d’une personne à une autre, il peut valoir la peine d’essayer. Si les troubles ne s’améliorent pas après 8-12 semaines, le traitement peut être arrêté.
 
Préparation d’isoflavone combinée avec de l’inuline: souvent proposée en cas de muqueuses vaginales sèches. Le corps est sensé mieux absorber l’isoflavone grâce à l’inuline. Une étude a analysé 12 femmes après la ménopause. Résultat : elles présentaient des valeurs élevées en daidzéine et en génistéine dans le plasma sanguin, ce qui indique que l’isoflavone était bel et bien mieux absorbé. La daidzéine et la génistéine sont également dans les produits à base de soja.
 
Les autres études n’ont pas pu être comparées être elles, car les combinaisons de substances variaient trop fortement.

 

Actée à grappes et Millepertuis perforé

Seulement quelques rares études contre un placebo indiquent que l’actée à grappes (Cimicifuga rademosa) est plus efficace que le placebo (faux médicament). En cas de troubles légers, un effet satisfaisant est possible. En cas de symptômes psychiques majeurs, la combinaison actée à grappes et millepertuis perforé peut être indiquée. L’effet apparait après 2-4 semaines de traitement.

 

Dong Quai (Angelica sinensis L.)

Le dong quai est utilisé en médecine chinoise pour le traitement des maladies féminines et est principalement combiné à une autre substance. Une étude, comparant le Dong Quai avec un placebo, a montré que ce premier n’a aucun effet contre les troubles de la ménopause.

 

Dioscorea villosa

Une étude contre un placebo durant trois mois n’a montré aucun effet bénéfique pour le traitement des troubles de la ménopause. Huile d’onagre (Oenothera biennis L.) : une étude contre un placebo durant six mois n’a également découvert aucune amélioration des symptômes de la ménopause.

 

Ginseng (Panax ginseng)

Des données limitées indiquent que le ginseng ne semble, lui non plus, pas réduire les bouffées de chaleur. Il n’existe aucune étude pour les substances suivantes : ginkgo, réglisse, valériane, houblon.

 

Vitamine E

Les premières études datent de 1953: à ce moment, la vitamine E n’avait démontré aucun effet pour le traitement des troubles de la ménopause, même lorsque la dose avait par la suite été augmentée pour d’autres études. Dans une étude publiée en 2007, 51 femmes post-ménopausales ont suivi tout d’abord un traitement avec un placebo (faux médicament) durant quatre semaines, puis une semaine sans aucun traitement, et finalement un traitement avec de la vitamine E (400 IE/jour) pendant quatre semaines.
 
Résultat: la fréquence et la gravité des bouffées de chaleur ont significativement diminué beaucoup plus avec la vitamine E qu’avec le placebo. Un traitement durant quatre semaines est cependant trop court pour prouver un effet thérapeutique.

 

Traitement médicamenteux non-hormonal

Inhibiteur sélectif de la recapture de sérotonine
Les antidépresseurs ISRS ont été contrôlés et montrent de bons effets thérapeutiques contre les bouffées de chaleur. Effets secondaires: nausée, constipation, sécheresse buccale, perte d’appétit. Certains ISRS peuvent interférer avec le tamoxifène (médicament contre le cancer du sein).

 

Gabapentine

La Gabapentine est administrée avec succès contre les nausées (aussi celles apparaissant lors du traitement du cancer du sein). Effets secondaires: vertiges, rétention d’eau.

 

Résumé et recommandations des auteurs

Suppléments nutritionnels (soins par les plantes): l’isoflavone, administrée seule, peut être essayée en cas de légers troubles de la ménopause. Si les troubles sont sévères, une amélioration est par contre peu probable. Il en va de même pour la Cimicifuga (actée à grappes).
 
Il n’est pas prouvé que les préparations végétales (ex. : Dioscorea villosa, huile d’onagre, ginseng, valériane etc.) et la vitamine E réduisent les bouffées de chaleur.

 

Médicaments: les inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine (antidépresseurs, élèvent la concentration de sérotonine) et la gabapentine agissent efficacement après quelques semaines de traitement contre les bouffées de chaleur; les effets secondaires indésirables peuvent par contre être considérables.

 

Tenir compte du style de vie

En cas de troubles de la ménopause, la femme doit adapter son style de vie: réduire la consommation de café et de nicotine, porter des vêtements adéquats et éviter le chaud lors de bouffées de chaleur, pratiquer une activité sportive régulière, s’exercer à la relaxation et suivre une alimentation saine et équilibrée.

Rosenfluh publications, ArsMedici Nr. 1 2009

21.09.2010 - dzu

 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer