Leaderboard

Vous êtes ici: Sujets Prioritaires » Cystite, Infection urinaire » Traitement par Mannose 23. Février 2017
Recherche
santeweb.ch
Traitement par Mannose
Sujets Prioritaires
Alimentation: allergie, intolérance
Cancer de la prostate
Cancer du col de l’utérus, les verrues génitales
Cancer du sein
Carence en fer
Cholestérol
Coagulation sanguine, thrombose
Cystite, Infection urinaire
Traitement, Résistances aux antibiotiques
Traitement par Mannose
Digestion, troubles digestifs
Endométriose
Leucémie myéloïde chronique LMC
Maladie de Crohn, SII
Ménopause
Menstruation
Mycose des ongles
Peau sèche
Renforcer le système immunitaire
Sclérose en plaques
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer

Rect Top

Traitement par D-mannose

Infections urinaires – traiter en douceur et sans effet secondaire

 

Le D-mannose, sucre simple non assimilable par l’organisme, est l’une de ces alternatives pour prévenir et traiter les infections urinaires simples. Une étude scientifique (étude comparative randomisée) a démontré que le D-mannose est tout aussi efficace que les antibiotiques, avec l’avantage qu’il ne favorise aucune résistance aux antibiotiques.

 

Qu’est-ce que le D-mannose et comment agit-il?

Le D-mannose, ou plus simplement le mannose, est une substance naturelle que le corps fabrique en petites quantités. Il est également très faiblement présent dans certains fruits. Si le D-mannose est certes absorbé par l’organisme sous la forme de sucre simple, le corps ne l’assimile pas mais l’excrète dans l’urine sous sa forme initiale. C’est pourquoi les préparations à base de D-mannose conviennent aussi aux diabétiques.

 

La bactérie intestinale E. coli est dans 75 à 95% des cas à l’origine de l’infection urinaire. Les bactéries E. coli cherchent à se fixer à des récepteurs pourvus de sucre sur la paroi de la muqueuse vésicale. Dans l’urine, le sucre simple D-mannose simule les récepteurs « sucrés ». Résultat: les bactéries ne se lient plus à la muqueuse de la vessie mais au sucre simple qu’est le D-mannose. Elles sont ainsi éliminées par l’urine qui peut alors dégager une odeur plus prononcée.

 

D-Mannose - Le principe d’action

 

Les bactéries E. coli se fixent aux récepteurs sucrés de la muqueuse de la vessie.

 

 

 

Les bactéries E. coli se lient au D-mannose absorbé qui navigue librement dans l’urine.  Elles sont ainsi inactivées et éliminées.

 

Le D-mannose peut ainsi contribuer à administrer moins d’antibiotiques et à réduire significativement le risque d’apparition de résistances. Cette substance naturelle présente aussi l’avantage de ne causer aucun effet secondaire.

 

Le D-mannose et l’extrait de canneberge – une alliance au service de la santé

On suppose que l’extrait de canneberge, qui appartient à la famille des myrtilles, possède un mécanisme d’action semblable à celui du D-mannose pour prévenir et traiter les infections des voies urinaires. L’extrait de canneberge contient une quantité importante de proanthocyanidines (PAC). On confère aux PACs des propriétés à la fois antioxydantes et anti-inflammatoires. Les PACs empêchent les bactéries E. coli d’adhérer à la paroi de la vessie.

 

En combinant le D-mannose et l’extrait de canneberge au sein d’une même préparation, on peut s’attendre à un effet de synergie. Une étude a examiné les effets d’un complément alimentaire contenant entre autres du D-mannose et de l’extrait de canneberge, chez des femmes sujettes à des infections urinaires récidivantes. Il a été observé que les symptômes ont régressé de manière significative et que ces femmes bénéficiaient donc d’une qualité de vie bien meilleure.

 


 

Expérience pratique

Madame le Prof. Dr méd.
Annette Kuhn
 

«Mon expérience du D-mannose est très bonne. Il n’est bien sûr pas efficace à 100%, mais nous avons de très nombreuses patientes qui en sont très satisfaites. L’absence d’effets secondaires est, je pense, le principal argument en faveur du D-mannose. Se rajoute à cela le fait que la prophylaxie est bien démontrée et qu’il ne faut pas impérativement utiliser des antibiotiques, sachant que la plupart des patientes ne veulent pas en prendre.

 

Chez les femmes prenant de nombreux médicaments, il n’y a pas d’interactions dont il faut tenir compte. Mon expérience a montré que le D-mannose est plus efficace que les produits à base de canneberge.»

 

 

L'experte: Madame le Prof. Dr méd. Annette Kuhn est directrice du centre d’urogynécologie, Clinique de gynécologie et obstétrique, Hôpital de l’Île de Berne

 

  • Références d'études cliniques
    Kranjcec et al. (2014): D-Mannose powder for prophylaxis of recurrent urinary tract infections in women: a randomized clinical trial. World J. Urol. 32:79-84.
  • Eells et al. (2011): Daily Cranberry prophylaxis to prevent recurrent urinary tract infections may be beneficial in some populations of women. Clin. Inf. Diseases 52(11): 1393-1394.
  • Efros M. et al.: Novel concentrated cranberry liquid blend, UTI-STAT with Proantinox, might help prevent recurrent urinary tract infections in women. Urology. 2010; 76(4):841-5.

 

 
Mediscope
 
2017 - fgr
 


Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Partenaire
sur le thème
''Cystite, Infections urinaire''

Interdelta Logo

 

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer