Leaderboard

Vous êtes ici: Sujets Prioritaires » Coagulation sanguine, thrombose » Conseils / Services 19. Août 2017
Recherche
santeweb.ch
Conseils / Services
Sujets Prioritaires
Alimentation: allergie, intolérance
Cancer de la prostate
Cancer du col de l’utérus, les verrues génitales
Cancer du sein
Carence en fer
Cholestérol
Coagulation sanguine, thrombose
Actualité
Faits
Thrombose / Embolie
Fibrillation auriculaire
Situations à risque
Symptômes
Prévention thrombose/embolie
Conseils / Services
Cystite, Infection urinaire
Digestion, troubles digestifs
Endométriose
Leucémie myéloïde chronique LMC
Maladie de Crohn, SII
Ménopause
Menstruation
Mycose des ongles
Peau sèche
Renforcer le système immunitaire
Sclérose en plaques
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer

Rect Top

L’utilisation d’anticoagulants et les mesures non médicamenteuses pour prévenir la thrombose

Le sport est un bon
moyen de prévenir
la thrombose, même s’il
ne suffit pas à lui seul
dans certains cas
 

Influencer la coagulation sanguine par voie médicamenteuse est une procédure complexe.
Le manque d’adhésion du patient au traitement ou le mauvais schéma posologique peuvent entraîner des complications sérieuses.
 
Notez qu’un dosage trop faible d’anticoagulant augmente le risque de thrombose et d’embolie; à l’inverse, un surdosage peut occasionner des hémorragies potentiellement mortelles. C’est pourquoi seul un traitement anticoagulant parfaitement ajusté protège efficacement contre ces dangers.
 
Il est donc essentiel de respecter certaines règles dans le cadre d'un traitement anticoagulant préventif. Une thrombose ne peut pas toujours être évitée, mais il existe des mesures importantes et efficaces pour prévenir la formation de thrombus sanguins.
 
Par ailleurs, chaque personne devrait connaître son propre risque de thrombose (cf. rubrique Risques). Quelques mesures simples à appliquer peuvent suffire à faire baisser ce risque.

 

Cet article vous donne des conseils utiles dans différentes situations:

  • Règles lors de l’utilisation d’agents anticoagulants
  • Mesures non médicamenteuses pour prévenir la thrombose
  • Mesures pour réduire son propre risque de thrombose

 

Règles à suivre lors de l’utilisation d’agents anticoagulants

  • Ne pas pratiquer l’automédication! Les anticoagulants ne doivent être pris que sur prescription médicale.
  • Toujours avoir avec soi son carnet d’anticoagulation sur lequel figurent les valeurs actuelles de la coagulation et le dosage prescrit ou bien la carte d’urgence.
  • Effectuer des visites de contrôle régulières chez le médecin traitant.
  • Certains autres médicaments ont un impact sur l'efficacité des anticoagulants. C’est pourquoi tout autre médicament (y compris ceux délivrés sans ordonnance, à base de plante ou homéopathiques) ne doit être pris qu’avec l’accord du médecin traitant. Sauf prescription médicale, il est défendu de prendre d’autres substances ayant un effet anticoagulant (inhibiteurs de l'agrégation plaquettaire comme p.ex. l'acide acétylsalicylique contenue dans l'aspirine®, ou des médicaments contre les rhumatismes).
  • Consulter immédiatement un médecin en cas d’hémorragie ou de signes hémorragiques, tels que des saignements de nez inhabituels, du sang dans les urines ou dans les selles, une coloration noire des selles, l’apparition soudaine d'ecchymoses sans cause déterminée.
  • Même si certaines petites blessures saignent beaucoup et plus longtemps, ce signe n'est pas alarmant. Mais en cas de blessures plus graves, il est impératif de consulter immédiatement un médecin et de l’informer du traitement anticoagulant en cours afin qu’il puisse prendre les mesures adaptées.
  • Avant toute intervention médicale (p.ex. chez le dentiste ou avant une opération ou un examen qui implique un risque d’hémorragie), il est indispensable d'informer le spécialiste (ou le médecin urgentiste) du traitement anticoagulant en cours.
  • En ce qui concerne l’alimentation: certains anticoagulants sont susceptibles d’interagir avec les aliments riches en vitamine K consommés en grande quantité, comme par exemple les choux (chou-fleur, brocoli, épinards, chou vert), les abas ou les germes de blé. Ces aliments sont toutefois autorisés en quantité modérée. Par ailleurs, il est conseillé d’avoir une alimentation variée et équilibrée.
  • Eviter toute consommation excessive d’alcool et de nicotine, consommer le café avec modération.
  • Avant un long voyage, informer son médecin et préparer une trousse de secours contenant des comprimés/des injections.
  • Certains contraceptifs augmentent le risque de thrombose, notamment chez les fumeuses.
  • Une grossesse est déconseillée dans le cadre d'un traitement avec certains anticoagulants. Ces médicaments peuvent nuire à l’enfant.  Si toutefois la patiente tombe enceinte, le médecin doit être informé immédiatement. Il choisira ensuite le type d'anticoagulant adapté. Notez qu’un traitement à long terme ne signifie pas automatiquement qu’une femme ne doit jamais avoir d’enfant. Il est cependant important de discuter avec son médecin traitant pour déterminer le meilleur moment pour une grossesse.

 
 

 

Mesures non médicamenteuses pour prévenir la thrombose

Les mesures suivantes vous permettent de prévenir activement l’apparition d’une thrombose veineuse des membres inférieurs et ses complications très sérieuses:

  • Mobiliser rapidement ses jambes après une opération: exercice physique actif ou passif
  • Surélever les jambes à l'aide d’un coussin en mousse, relever le pied du lit
  • Ne pas plier les genoux
  • Ne pas croiser les jambes trop longtemps
  • Porter des bas de contention (compression des veines): ces bas soutiennent le système de pompe musculaire et accélèrent le flux veineux dans les jambes et le bassin. Bien que le port de bas de contention (p.ex. lors de voyages en avion) soit souvent recommandé par les médecins, les experts soulignent que peu de données scientifiques confirment leurs bénéfices: en matière de prévention de la thrombose, les directives internationales ne mentionnent aucune indication précise et absolue qui exige l'utilisation de bas de contention chez les patients sous anticoagulants. En revanche, les bas de contention sont fortement conseillés chez les patients présentant un risque de thrombose veineuse modéré ou élevé et qui n’ont pas pu bénéficier d’un traitement préventif médicamenteux. Des études menées en 2010 ont montré que d’autres cas (p.ex. les patients opérés de la hanche ou victimes d’un AVC) ne tirent aucun bénéfice supplémentaire du port de bas de contention en plus d’un traitement médicamenteux.
  • Gymnastique vasculaire (exercices des jambes) pour activer la circulation sanguine
  • Bonne hydratation, notamment lors de longs voyages en avion ou en bus.

 
 

 

Autres mesures et recommandations qui réduisent le risque de thrombose et qui s’adressent en particulier aux personnes à risque:

  • Eviter la chaleur supérieure à 28° (soleil, sauna, bouillottes, bain).
  • Eviter de rester trop longtemps en position debout ou assise:  changer de position toutes les une à deux heures et faire quelques pas.
  • Surélever les jambes aussi souvent que possible, notamment lorsqu'elles sont gonflées.
  • Passer quotidiennement ses jambes sous l’eau en alternant le chaud et le froid et en insistant sur les pieds et les mollets. Attention: en cas de maladie cardiaque ou d’arthrose du pied, demander tout d’abord l’avis de son médecin.
  • Eviter de porter et de soulever des charges lourdes.
  • Veiller à aller à la selle régulièrement et sans pousser (selles molles).
  • Pratiquer des sports tels que la course à pied, la natation et le vélo qui sont bénéfiques pour les jambes et la santé en général. Attention: il est préférable d’éviter les activités sportives où les blessures sont fréquentes (football) ou celles qui impliquent une forte contraction de l’abdomen (p.ex. l’haltérophilie). Les sports qui provoquent des à-coups tels que le squash et le tennis ne sont pas recommandés.
  • Mesurer chaque jour le périmètre du mollet et de la cheville. Lorsque des gonflements apparaissent, noter les informations relatives aux conditions climatiques, aux activités qui ont été pratiquées ou à d'autres facteurs inhabituels afin de renseigner précisément le médecin pour qu’il puisse prendre les mesures nécessaires.
  • A l’apparition de nouveaux symptômes tels que des douleurs soudaines aux jambes, des douleurs persistantes similaires à des courbatures, une toux, une dyspnée ou des vertiges, consulter un médecin sans attendre.
  • S’hydrater suffisamment, notamment pendant les saisons chaudes ou en cas de position assise prolongée (voyage en avion/bus).
  • Porter des chaussures adaptées, plates de préférence, et marcher pieds nus aussi souvent que possible.
  • Varices, pilule et tabagisme sont des facteurs de risque.
  • Veiller à maintenir son poids stable.
 
Mediscope
 
13.03.2012 - dzu
 
 
 

Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer