Leaderboard

Vous êtes ici: Sujets Prioritaires » Coagulation sanguine, thrombose » Actualité 27. Février 2017
Recherche
santeweb.ch
Actualité
Sujets Prioritaires
Alimentation: allergie, intolérance
Cancer de la prostate
Cancer du col de l’utérus, les verrues génitales
Cancer du sein
Carence en fer
Cholestérol
Coagulation sanguine, thrombose
Actualité
Faits
Thrombose / Embolie
Fibrillation auriculaire
Situations à risque
Symptômes
Prévention thrombose/embolie
Conseils / Services
Cystite, Infection urinaire
Digestion, troubles digestifs
Endométriose
Leucémie myéloïde chronique LMC
Maladie de Crohn, SII
Ménopause
Menstruation
Mycose des ongles
Peau sèche
Renforcer le système immunitaire
Sclérose en plaques
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Les maladies auto-immunes augmentent le risque d’une embolie pulmonaire

Les maladies auto-immunes créent d’intenses réactions inflammatoires. Ces inflammations augmentent le risque d’une thrombose, c’est bien connu. Une étude suédoise montre maintenant que les patients avec une maladie auto-immune présentent aussi un risque plus élevé pour une embolie pulmonaire, prouvant ce qui n’était jusqu’à présent que des soupçons.

Scanner des poumons
à la recherche
d’une embolie
 
Des chercheurs suédois ont analysé les dossiers médicaux de 535'538 patients.

 

Ces participants ont été traités stationnairement entre 1963 et 2008 en Suède à cause de 33 maladies auto-immunes différentes.

 

Les chercheurs ont calculé quelle était l’augmentation du risque d’une embolie pulmonaire chez les patients d’une maladie auto-immune comparé à la population suédoise globale.

 

Il est en ressorti que les embolies pulmonaires chez les personnes atteintes d’une maladie auto-immune depuis moins d’un an étaient six fois plus fréquentes que chez la population suédoise totale. Le risque d’une embolie pulmonaire était nettement augmenté dans les cas des 33 maladies auto-immunes, mais tout particulièrement pour quelques unes d’entre elles : la polymyosite (maladie systémique de la musculature squelettique), la dermatomyosite (maladie musculaire systémique), la périartérite noueuse (inflammation des vaisseaux sanguins avec nodules inflammatoires), le purpura thrombopénique immunologique (durée de vie réduite des thrombocytes, causant une carence en thrombocytes (plaquettes sanguines), cellules importantes entre autres pour la coagulation), et le lupus érythémateux systémique.

 

Après la première année de la maladie, le risque d’une embolie pulmonaire diminuait continuellement, même s’il restait élevé dix ans après dans certaines maladies. Les chercheurs n’ont distingué aucune différence en ce qui concernait l’âge et le sexe des malades.

 

Comme les auteurs de l’étude l’ont écrit dans le journal scientifique Lancet, les patients d’une maladie auto-immune présentaient, indépendamment du type de celle-ci, un risque élevé pour une embolie pulmonaire avant tout au cours de la première année de leur maladie.

 

Les soupçons émis quant à un lien entre les maladies auto-immunes et le risque d’une embolie pulmonaire sont donc maintenant prouvés.

 

Vous trouverez plus d’informations au sujet de l’utilisation d’anticoagulants dans le cas de diverses maladies dès janvier dans notre rubrique Sujets prioritaires – Coagulation sanguine, thrombose.

Lancet 2011

05.01.2012 - dzu

 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer