Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Rosacée 23. Janvier 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Rosacée

Définition

Rosacée: une maladie cutanée inflammatoire chronique

La rosacée est une maladie cutanée inflammatoire chronique fréquente qui évolue par poussées et touche principalement la région du visage. Selon sa gravité, elle se manifeste par des rougeurs, une dilatation des petits vaisseaux sanguins (télangiectasies), des papules, des pustules (cloques purulentes), des nodules et un épaississement de l’épiderme et peut également toucher les régions adjacentes au visage telles que le crâne, le cou, la poitrine ou bien le dos.

 

La rosacée survient à l’âge adulte, généralement entre 30 et 50 ans. Les femmes sont touchées dès 35 ans, les hommes plutôt à partir de 50 ans. Plus rarement, des enfants et des adolescents peuvent également être atteints de cette maladie. Les personnes à peau claire (type celtique et scandinave) y sont plus sujettes que d’autres types de peau. Les yeux peuvent également être affectés.

 

La rosacée peut être confondue avec l’acné ou d’autres maladies de la peau. Le nez à l’aspect bulbeux (rhinophyme), dû à l’épaississement cutané, est parfois attribué à tort à l’alcoolisme. Étant donné que la rosacée est une maladie touchant principalement le visage, elle peut devenir un problème esthétique et peser sur le moral des personnes concernées.

Causes

Les causes de la rosacée sont encore incertaines. Différents facteurs sont soupçonnés de prendre part à son apparition:

  • trouble de l’immunité innée
  • trouble de la régulation des vaisseaux sanguins et éventuellement des vaisseaux lymphatiques
  • réaction inflammatoire et ainsi hypersensibilité des tissus nerveux des vaisseaux
  • réaction inflammatoire localisée aux micro-organismes spéciaux sur la peau (acariens demodex)
  • rayons ultra-violets

 

Les éléments déclencheurs potentiels sont:

  • variations de température (chaleur-froid, par ex. temps chaud/froid, sauna, bain chaud, boissons très chaudes)
  • plats épicés
  • alcool (même en petites quantités)
  • stress émotionnel
  • rayons UV
  • produits irritants (par ex. savon, cosmétiques)
  • activité physique (par ex. sport)

Troubles (symptômes)

La rosacée se manifeste principalement au niveau de la région centrale du visage: le front, le nez, le menton et les joues sont les plus fréquemment touchés, généralement de façon symétrique. Par ailleurs, les zones cutanées adjacentes telles que la poitrine, la nuque, le cou et le crâne peuvent également être touchées.

 

Parmi les symptômes typiques figurent:

  • le flush, une rougeur (érythème) qui survient par crises
  • rougeurs persistantes (érythèmes): généralement durant 3 mois au moins, la région des yeux étant épargnée
  • un élargissement visible et durable des vaisseaux sanguins à la surface de l’épiderme (télangiectasies)
  • des papules et des pustules (cloques purulentes)
  • gonflements dépressibles de la peau (consécutives à un trouble de drainage lymphatique; terme médical: œdème lymphatique)
  • autres symptômes: sensations de brûlure, de picotement, peau sèche, épaississement de l’épidereme

 

Classement en sous-types ou par degré de sévérité

Stade préliminaire

  • rougeurs passagères survenant par crises
  • déclenchées par différents stimuli externes et internes tels que des produits chimiques irritants, des variations de température (liées à la météo, sauna, bains chauds), les rayons UV, des plats épicés, des boissons très chaudes, l’alcool, le stress psychique

Ces rougeurs ou flushing peuvent apparaître pour tous les degrés de sévérité de la rosacée.

 

Degré I ou rosacée érythémato-télangiectasique

  • rougeurs persistantes (érythème)
  • élargissement visible et durable des vaisseaux sanguins de l’épiderme (télangiectasies)
  • sensations fréquentes de brûlure, de picotement, démangeaisons et peau sèche et squameuse dans la zone touchée

 

Degré II ou rosacée papulo-pustulaire

  • rougeurs persistantes au milieu du visage
  • papules et pustules inflammatoires, isolées ou en groupes, généralement disposées de manière symétrique, qui peuvent persister durant plusieurs semaines
  • gonflement dépressible de la peau
  • plus tard, l’ensemble du visage peut être touché, la rosacée s’étend rarement à la poitrine, au cou ou au crâne

Cette forme de rosacée ressemble en apparence à l’acné, toutefois, les comédons caractéristiques de l’acné sont absents dans le cas de la rosacée.

 

Degré III ou rosacée glandulaire-hyperplasique

  • Elle se manifeste par une prolifération de tissu conjonctif et de glandes sébacées, ce qui peut entraîner un épaississement de l’épiderme avec aspect bulbeux, appelé phyme.
  • Les personnes atteintes sont principalement des hommes.
  • Cette prolifération de tissus survient généralement au niveau du nez (rhinophyme ou nez bulbeux), du menton, de la mâchoire, du front, des oreilles ou des paupières.
  • Il n’a pas encore pu être déterminé si les patients présentant un rhinophyme développent plus fréquemment un carcinome basocellulaire (cancer de la peau blanche). Celui-ci n’est souvent pas découvert d’emblée en cas de rhinophyme.

 

Formes particulières

  • Rosacée oculaire: chez 30 – 50 % des patients atteints de rosacée, les yeux sont également affectés. Les modifications de la peau peuvent aussi survenir après-coup et/ou de manière discrète seulement. La rosacée oculaire peut parfois toucher les enfants, accompagnée ou non d’une atteinte cutanée. Les manifestations les plus fréquentes sont des inflammations des paupières (bléphartite) et des tissus conjonctifs (conjonctivite), en cas d’atteinte ulcéreuse de la cornée, de graves troubles de la vision peuvent survenir. Les symptômes sont: sensation de corps étranger, peau sèche, sensation de brûlure, larmes, vision floue, hypersensibilité à la lumière, rougeur au niveau du bord de la paupière. Il convient de faire appel à un ophtalmologue.
  • Rosacée de l’enfant: rare. L’atteinte des yeux est nettement plus fréquente que chez l’adulte et également associée à de plus nombreuses complications. Souvent, les yeux sont touchés avant la peau, ou bien les yeux sont les seuls à être touchés. Aucun cas de description de phyme chez l’enfant n’est connu à ce jour.
  • Rosacée conglobata: rare, des nodules inflammatoires profonds se développent sur le visage.
  • Rosacée fulminans: acée  Variante extrême, avec début soudain et évolution rapide en l’espace de quelques jours ou semaines, uniquement chez la femme jeune, notamment pendant et après la grossesse. Formation de grands nodules partiellement adhérents et de nombreuses pustules accompagnées d’une surproduction de sébum.
  • Rosacée lupoïde: nodules brun-rouges (principalement au niveau des paupières, des arcades zygomatiques et autour de la bouche) dispersés sur un visage présentant déjà des rougeurs; difficile à traiter.
  • Morbus Morbihan: gonflement de la peau (œdème) rugueuse, gardant à peine l'empreinte du doigt à la pression,notamment au niveau des joues, du nez et du front suite à une atteinte majeure des vaisseaux lymphatiques. Semble survenir plus fréquemment dans la région du Morbihan, en Bretagne.
  • Rosacée stéroïdienne: se développe après administration interne ou externe de corticostéroïdes sur une longue durée
  • Rosacée à germes gram négatif: après administration interne ou externe d’un traitement antibiotique durant plusieurs mois, il y a une sélection de germes spécifiques, source d’inflammation cutanée avec pustules et rougeurs. En raison de sa similarité avec le stade II (rosacée papulo-pustulaire), cette forme est souvent mal identifiée.

Examens (diagnostic)

Le diagnostic de la rosacée se fait, en règle générale, sur la base du tableau clinique typique et de l’interrogatoire du patient. Différentes maladies d’apparence similaire doivent être exclues (par ex. acné; érythème en ailes de papillon ou lupus érythémateux; dermatite péri-orale, inflammation de la peau au niveau de la bouche; etc.). Dans de rares cas, l’examen microscopique d’un échantillon de tissu peut s’avérer nécessaire.

Options thérapeutiques

Mesures générales

Il convient de suivre les instructions suivantes pour le nettoyage de la peau particulièrement sensible des patients atteints de rosacée:

  • utiliser uniquement des produits sans savon avec un pH légèrement acide
  • utiliser de l’eau tiède pour rincer le visage, éviter les frottements dans la mesure du possible
  • utiliser uniquement des cosmétiques doux et non-gras
  • ne pas faire de gommage sur la peau touchée
  • éviter les produits contenant de l’alcool, du menthol, du camphre, du laurylsulfate de sodium (utilisé dans les produits de nettoyage, lotions, dentifrices)
  • pour les hommes: rasage sur peau sèche et non sur peau humide, pas d’après-rasage désinfectant, utiliser plutôt des produits apaisants
  • utiliser une protection solaire adaptée avec un effet protecteur suffisant contre les rayons UV-A et UV-B; les produits physiques (dioxyde de titane, oxyde de zinc) semblent mieux tolérés que les produits chimiques
  • des cosmétiques à pouvoir couvrant adaptés ne sont pas nocifs et peuvent améliorer la qualité de vie

S’ils sont connus, éviter également les facteurs déclencheurs individuels. Par ailleurs, les facteurs favorisant généralement la dilatation des vaisseaux et les rougeurs du visage (flush) doivent être évités:

  • alcool, boissons très chaudes, plats épicés
  • bains chauds, sauna
  • exposition prolongée au soleil
  • situations de stress

 

Traitement médicamenteux

Pour les deux premiers degrés de sévérité de la rosacée, les médicaments à application externe suffisent généralement (sous forme de gel, lotion, émulsion ou crème). Dans les cas graves ou tenaces, les médicaments à application externe et administration interne peuvent être associés.

 

Médicaments à application externe:

  • antibiotiques : réduisent les papules et les pustules, probablement par action anti-inflammatoire et diminution des réactions immunitaires, effet limité sur les rougeurs et les télangiectasies.
  • principe actif antiparasitaire: effet anti-inflammatoire en cas de rosacée papulo-pustulaire et réduit ainsi les papules et pustules, efficace contre les acariens demodex
  • principe actif spécifique avec propriétés vasoconstrictrices: réduit les rougeurs au niveau du visage dans la rosacée
  • d’autres médicaments efficaces mais non autorisés dans le traitement de la rosacée (usage hors indications)

 

Médicaments à administration interne:

  • antibiotique à faible dose: à cette dose, il possède un effet anti-inflammatoire et non pas antibactérien
  • d’autres médicaments certes efficaces mais non autorisés dans le traitement de la rosacée (usage hors indications).

Les corticostéroïdes sont à éviter, ils sont défavorables à l’évolution de la maladie et peuvent conduire à une rosacée stéroïdienne. Exception: de courte durée en cas de rosacée fulminans.

 

Autres approches thérapeutiques opératoire:

  • ablation chirurgicale de phymes
  • traitement laser: bonne efficacité contre les télangiectasies, moins efficace contre les rougeurs étendues. Parmi les effets secondaires potentiels figurent par ex. les cicatrices ou des décolorations persistantes. L’ablation par laser peut être employée dans le traitement de rhinophymes.
  • traitement par lumière pulsée intense (IPL pour intense pulse light): particulièrement efficace contre les télangiectasies, permet le traitement de zones plus étendues qu’avec le laser
  • thérapie photodynamique: les premiers résultats positifs n’ont pas encore pu être vérifiés.


 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer