Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Colite ulcéreuse, Recto-colite ulcéreuse hémorragique 27. Avril 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Colite ulcéreuse, Recto-colite ulcéreuse hémorragique

Définition

Colite ulcéreuse: une maladie inflammatoire chronique du gros intestin (côlon)

La colite ulcéreuse est une maladie inflammatoire chronique du gros intestin (côlon). L’inflammation débute le plus souvent au niveau du rectum, mais peut s’étendre à l’ensemble du côlon. Elle se caractérise par une inflammation et des ulcérations du revêtement le plus intérieur du côlon, appelé muqueuse, qui peuvent être source de saignements.

 

L’évolution par poussées constitue le signe caractéristique de la maladie. Ces poussées inflammatoires peuvent durer des mois et se répéter plusieurs fois par an. Entre ces poussées, surviennent des périodes d’accalmie. Le diagnostic différentiel entre la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn n’est pas toujours facile. Contrairement à la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse se limite toujours au gros intestin et ne s’étend jamais à d’autres segments du tube digestif.

La maladie touche préférentiellement les jeunes adultes entre 20 et 40 ans. Même si les patients peuvent être asymptomatiques pendant de longues périodes en dehors des poussées aiguës, la colite ulcéreuse est une affection grave.

Causes

DLes causes de la colite ulcéreuse ne sont toujours pas connues. Des facteurs génétiques, infectieux et psychiques ont été incriminés. Dans de nombreux cas, plusieurs facteurs différents semblent être en cause. Une anomalie du fonctionnement du système immunitaire et des facteurs environnementaux pourraient également jouer un rôle.

Troubles (symptômes)

Des problèmes intestinaux d’origine indéterminée, qui perdurent pendant un certain temps, nécessitent une consultation médicale.

  • Le début de la maladie est souvent anodin.
  • Douleurs abdominales peu précises.
  • Une des caractéristiques de la maladie est la survenue des symptômes par poussées. L’apparition de diarrhées fréquentes jusqu’à 20x/jour avec présence de sang dans les selles laisse supposer une poussée inflammatoire. D’autres symptômes peuvent y être associés, tels que fièvre, altération de l’état général, pâleur et fatigue.
  • D’autres organes peuvent également être affectés. Des inflammations des articulations (arthrites), des inflammations de la peau et des yeux sont fréquentes.

Examens (diagnostic)

  • Anamnèse avec prise en compte des symptômes du patient.
  • Recherche de bactéries et de parasites dans les selles
  • Coloscopie avec examen au microscope des fragments prélevés de muqueuse.
  • Radiographie du côlon avec utilisation de produits de contraste.
  • Mise en évidence des marqueurs de l’inflammation dans le sang.

Options thérapeutiques

L’intensité du traitement dépend de la sévérité des poussées inflammatoires (diarrhées sanglantes, fièvre, altération importante de l’état général). Dans la majorité des cas, un traitement médicamenteux au long terme doit être instauré.


Mesures générales

  • Au cours des diarrhées sévères se produisent des pertes importantes de liquide; il faut compenser ces pertes par des boissons abondantes.
  • Au stade aigu: repos au lit strict avec administration d’une nourriture pauvre en sucres et en fibres.
  • Recommandations diététiques d’un spécialiste expérimenté pour modifier le régime alimentaire. Des hémorragies fréquentes peuvent engendrer un déficit en fer et une anémie.
  • Arrêt du tabac

 

La majorité des poussées inflammatoires peuvent être traitées à domicile. Une hospitalisation est indiquée en cas de déshydratation et de diarrhées sanglantes. Dans ce cas, une alimentation artificielle et l’administration de médicaments par infusion s’imposent.

 

Médicaments

  • Médicaments anti-inflammatoires (ex. aminosalicylés sous forme de capsules ou de lavement, libérant le principe actif dans le gros intestin. Ces médicaments permettent de prolonger les intervalles entre les poussées inflammatoires.
  • En cas de poussées très sévères, administration de cortisone sous forme de comprimés, suppositoires ou lavements.
  • En cas d’évolution sévère et rapide, administration éventuelle d’immunosuppresseurs nécessitant des contrôles hématologiques ou prescription d’immunomodulateurs.
  • Probiotiques: la prise concomitante de bactéries non pathogènes (Eschericchia coli Nissle) semble avoir une influence favorable sur la flore du tube digestif et améliorer ainsi les symptômes.
  • Préparations de fer, calcium, vitamine D (pour prévenir les lésions osseuses consécutives au traitement par cortisone).

Chirurgie

Contrairement à d’autres maladies inflammatoires chroniques comme la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse peut être guérie par ablation du côlon. Cette intervention chirurgicale porte le nom de colectomie. Il s’agit néanmoins de bien peser les avantages et les inconvénients d’une telle intervention avant de prendre une décision définitive. De nouvelles techniques chirurgicales permettent de préserver le sphincter anal et d’éviter ainsi un anus artificiel.


 

Accompagnement psychothérapeutique

La qualité de vie des patients est fortement entravée par la maladie. Dans beaucoup de cas, un accompagnement psychothérapeutique peut aider le malade à apprendre à vivre avec sa maladie. En Suisse, plusieurs associations de patients qui apportent aux malades de l’aide et du soutien, se sont formées.

Complications possibles

Complications légères

Aussi longtemps que la maladie reste confinée au rectum, le pronostic est bon et l’espérance de vie des patients est normale. Un traitement continu et approprié permet à la plupart des malades de vivre une vie quasi-normale.

Dans la partie enflammée du gros intestin, des abcès et des fistules peuvent se former, nécessitant une intervention chirurgicale.

 


Complications graves

  • Perforation du côlon en raison d’un affaiblissement de la paroi intestinale et d’une hyperextension par suite de l’accumulation de gaz dans la lumière intestinale.
  • Mégacôlon (hyperextension du côlon) avec péritonite, perforation du péritoine et hémorragies.
  • Après des années d’évolution, les inflammations chroniques du gros intestin peuvent être associées au développement d’un cancer. Pour cette raison, il est essentiel de procéder à des contrôles réguliers avec coloscopie et prélèvement de fragments de tissu.

En savoir plus



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

En savoir plus sur carence en fer et colite ulcéreuse

check-ton-fer

check-ton-fer.ch

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer