Leaderboard

Vous êtes ici: Maladies » Cancer de la prostate, carcinome prostatique 23. Janvier 2017
Recherche
santeweb.ch
Maladies
Sujets Prioritaires
Actualités
Maladies
Symptômes
Pharmacie à domicile
Alimentation
Prévention
Stress
Premiers secours
Sky Left
Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

Rect Top

Cancer de la prostate, carcinome prostatique

Définition

Cancer de la prostate: le cancer le plus fréquent chez les hommes

Le cancer est caractérisé par une prolifération incontrôlée de cellules, envahissant et détruisant les tissus et organes environnants.


Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes et se situe au deuxième rang en terme de mortalité, derrière le cancer du poumon. La fréquence du cancer de la prostate augmente avec l’âge. Un homme sur 10 est atteint du cancer de la prostate durant sa vie et un homme sur 30 en meurt.

Causes

Les causes exactes du cancer de la prostate ne sont pas connues à ce jour. Les facteurs de risque les plus importants sont:

  • Age
  • Prédisposition familiale (parent du premier degré: risque multiplié par 3; deux parents du premier degré: risque multiplié par 10).
  • Habitudes alimentaires (les tomates et le soja semblent diminuer le risque alors qu’une consommation importante de viandes rouges et de graisses d’origine animale semble l’augmenter).
  • Les afro-américains ont un risque accru, les asiatiques un risque diminué par rapport à la race blanche.

Troubles (symptômes)

Il est important de savoir que le cancer de la prostate, à un stade précoce, ne provoque pas de problèmes spécifiques mis à part les symptômes liés à une hypertrophie bénigne de la prostate. Des douleurs dans le dos secondaires à la survenue de métastases osseuses dans la colonne vertébrale sont rarement le premier signe de la maladie.

Examens (diagnostic)

  • Les chances de guérison sont d’autant plus grandes que le diagnostic du cancer de la prostate a été posé précocement. 
  • La meilleure méthode permettant de détecter un cancer de la prostate à un stade précoce est de combiner un dosage de l’antigène spécifique prostatique (PSA) dans le sang avec une palpation de la prostate par le toucher rectal.
  • Si le toucher rectal est normal et la valeur du PSA en dessous de la normale, la probabilité d’un cancer de la prostate est très faible.
  • Des examens complémentaires doivent être mis en route si le toucher rectal est positif et la valeur du PSA de l’ordre de 4 ng/ml.
  • Le diagnostic de cancer de la prostate repose sur les résultats de la biopsie avec prélèvement de tissus pour analyse microscopique; le toucher rectal et les valeurs de PSA ne suffisent néanmoins pas pour porter le diagnostic de cancer de la prostate.
  • Lorsque le diagnostic de cancer de la prostate est confirmé par les résultats de la biopsie tissulaire, d’autres investigations d’imagerie médicale comme la tomodensitométrie, des radiographies et une scintigraphie osseuse sont effectués pour détecter d’éventuelles métastases osseuses.
  • Les sites métastatiques de prédilection du cancer de la prostate sont les ganglions lymphatiques, les poumons et les os.

Options thérapeutiques

Le choix du traitement doit être adapté à chaque patient, car il dépend de facteurs divers comme l’âge du patient, le stade de la maladie et l’agressivité tumorale.


Le traitement du cancer de la prostate est différent si la tumeur est limitée à la prostate ou si elle a déjà envahi les tissus avoisinants ou des organes à distance (métastases)

 

Cancer prostatique localisé

Une guérison est uniquement possible si la tumeur est strictement limitée à la prostate.

 

Options thérapeutiques
  • Operation: Die Chirurgie: la prostatectomie radicale ne doit pas être confondue avec l’intervention réalisée en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate. Au cours d’une prostatectomie radicale, le chirurgien enlève la totalité de la prostate avec les canaux déférents et les vésicules séminales. L’objectif du traitement est l’ablation de la totalité du tissu prostatique envahi par des cellules cancéreuses.
  • Radiothérapie externe avec curiethérapie (radiothérapie interstitielle).
    Attente et surveillance: cette option est recommandée uniquement pour les hommes dont l’espérance de vie est inférieure à 10 ans, en cas de cancer prostatique peu agressif.
  • Un effet indésirable important observé après une chirurgie ou une radiothérapie est la survenue d’une incontinence urinaire et l’apparition de troubles de l’érection.

 

Cancer prostatique ayant envahi les organes avoisinants

Lorsque le cancer a envahi les tissus avoisinants ou les organes à distance (métastases), une guérison définitive du cancer est impossible.

 

Options thérapeutiques :
  • Traitements palliatifs: mesures visant à augmenter la qualité de vie du patient.
  • Traitement hormonal: il vise à bloquer la synthèse ou l’action de la testostérone (analogues de la LH-RH ou antiandrogènes).
  • Castration chirurgicale par orchidectomie: ablation bilatérale des testicules.
  • Un traitement hormonal ou une orchidectomie peuvent être responsables des effets indésirables suivants: diminution de la libido et impuissance, bouffées de chaleur et ostéoporose sur le long terme.
  • L’efficacité du traitement hormonal diminue après une période d’environ 10 ans (de 0.5 à 10 ans); on dit que le cancer est devenu «hormono-résistant». D’autres mesures thérapeutiques doivent alors être utilisées: radiothérapie; traitement analgésique ; traitement médicamenteux des métastases à distance ; éventuellement chimiothérapie.

Mesures préventives

Un examen de dépistage devrait être réalisé tous les 1 à 2 ans afin de détecter le cancer de la prostate à un stade précoce et de le traiter efficacement. L’examen peut être réalisé par le médecin traitant et consiste en une palpation de la prostate par toucher rectal associé au dosage du PSA.

 

Qui peut profiter d’un examen de dépistage ?

  • Hommes de plus de 50 ans
  • Hommes de plus de 45 ans avec risque accru (famille, race).
  • L’espérance de vie devrait être de 10 ans au minimum. Après l’âge de 75 ans, un examen de dépistage n’est plus indiqué parce que le bénéfice du traitement ne se concrétise qu’après une période de 10 ans, alors que la croissance de la tumeur est très lente.
  • L’examen de dépistage devrait avoir une utilité thérapeutique ; sans cette utilité, le dépistage n’a aucune valeur.

En savoir plus



 
Rect Bottom
 

Sources, symtpômes, options diagnostiques et thérapeutiques

En savoir plus >>

 

La pharmacie spécialisée

Livraison de médicaments à domicile pratique, discrète et à peu de frais

 

Partenaire

 

Sky right 1
Sky right 2
Adserver Footer